Skip to content
L'autre Affaire
09-05-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 

De 1900 à 1904, le général André, qui a succédé au général de Gallifet à la tête du ministère de la Guerre, poursuit l'action engagée par son prédécesseur pour faire rentrer le corps des officiers dans les rangs républicains à l'issue de l'Affaire Dreyfus. Le Grand-Orient demande aux militaires francs-maçons d'établir des fiches sur les engagements politiques et religieux de leurs pairs. Les fiches s'accumulent pendant quatre ans, sans que le ministère, qui en a connaissance, ne leur accorde de véritable intérêt. Mais, à l'automne 1904, un ancien secrétaire général du Grand-Orient, en conflit avec l'ordre, décide de vendre un lot de fiches à un officier nationaliste, qui les fait ensuite parvenir au Figaro, lequel en publie des extraits fin octobre.

Cette révélation entraîne la chute du ministère Combes trois mois plus tard. Maurice Berteaux, le successeur du général André, s'efforcera de faire oublier l'Affaire des fiches. Mais le mal est fait : une méfiance durable de l'opinion publique française à l'égard des fichiers de données personnelles s'est installée, qui se prolonge jusqu'à nos jours.

 

 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]