Skip to content
Jupiter et Thétis
09-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Thétis est la mère d'Achille. C'est elle qui l'a plongé dans le Styx pour le rendre impérissable, en le retenant par le talon, ce même talon qui, resté vulnérable, recevra la flèche mortelle de Pâris. Pour l’heure, en colère contre Agamemnon, Achille, s’est retiré sous sa tente. Il demande à sa mère d’implorer Zeus (Jupiter) de laisser les Troyens dominer les Grecs tant qu’il ne sera pas retourné au combat. Zeus acceptera.

Peinte à la Villa Médicis en 1811 par Ingres, alors jeune trentenaire, la scène où Thétis supplie Zeus de donner suite au souhait de son fils est mal accueillie. Le rapprochement du dieu impérial et de la nymphe lascive, du divin et du terrestre, du masculin et du féminin, de l’autorité et de la soumission, auquel se livre le peintre est jugé trop transgressif.

Toile des plus érotiques, Jupiter et Thétis marie les contraires : un mélange des genres qui passe mal à la fin du Premier Empire.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

Collectivisme

Saccard, intéressé, le regardait avec une vague inquiétude, bien qu'il le prît pour un fou. − Mais enfin, expliquez-moi, qu'est-ce que c'est que votre collectivisme ? − Le collectivisme, c'est la transformation des capitaux privés, vivant des luttes de la concurrence, en un capital social unitaire, exploité par le t [ ... ]
La cause grecque

Les peuples, comme les hommes, se mesurent à leurs rêves. La France n’est devenue la France que grâce à un certain pouvoir qu’elle eut quelquefois de rêver non pour elle seulement, mais pour tous les hommes […] , écrit Jean Guéhenno au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La France dans [ ... ]
Mondanités

Ce que je reproche aux journaux, c’est de nous faire faire attention tous les jours à des choses insignifiantes tandis que nous lisons trois ou quatre fois dans notre vie les livres où il y a des choses essentielles , écrit Proust – au demeurant grand amateur du Carnet Mondain du Figaro. Que dirait-il aujourd’hui des [ ... ]