Skip to content
Jupiter et Thétis
09-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Thétis est la mère d'Achille. C'est elle qui l'a plongé dans le Styx pour le rendre impérissable, en le retenant par le talon, ce même talon qui, resté vulnérable, recevra la flèche mortelle de Pâris. Pour l’heure, en colère contre Agamemnon, Achille, s’est retiré sous sa tente. Il demande à sa mère d’implorer Zeus (Jupiter) de laisser les Troyens dominer les Grecs tant qu’il ne sera pas retourné au combat. Zeus acceptera.

Peinte à la Villa Médicis en 1811 par Ingres, alors jeune trentenaire, la scène où Thétis supplie Zeus de donner suite au souhait de son fils est mal accueillie. Le rapprochement du dieu impérial et de la nymphe lascive, du divin et du terrestre, du masculin et du féminin, de l’autorité et de la soumission, auquel se livre le peintre est jugé trop transgressif.

Toile des plus érotiques, Jupiter et Thétis marie les contraires : un mélange des genres qui passe mal à la fin du Premier Empire.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La loi de Baumol

En 1965, les chercheurs américains William Baumol et William Bowen se sont penchés sur les déficits chroniques des music-halls de Broadway. De leur étude, il ressort que les spectacles vivants présentent, sous l'angle économique, la particularité d'être des activités à faible innovation technologique et &a [ ... ]
Femmes libres

Après la mort de Saint-Simon en 1825, ses épigones poursuivent son œuvre. Les saint-simoniens sont partisans de la reconnaissance de l'égalité des femmes. Sous la Monarchie de Juillet, celles-ci sont nombreuses dans le mouvement. Adèle de Saint-Amand propose de fonder une société de défense des droits de la femme [ ... ]
Le carnaval des animaux

Chacals, hyènes puantes, vipères lubriques, requins, rats visqueux et autres loups : quelle inventivité pour décrire, à la grande époque, l'ennemi de classe. Ah que le mouton fait aujourd'hui pâle figure par rapport au chien bâtard ! Jean-Jacques Salomon jjsalomon@oomark [ ... ]