Skip to content
Joie de la chose venue
21-11-2021
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"Il existe pour les Folies deux séries de valses nécessaires et charmantes : l’une pirouettante et joyeuse, rendant le balancé des trapèzes, les culbutes prestigieuses des clowns, le rythme du corps qui se hausse et se baisse à la force des bras, dodeline, retenu seulement par les jambes, remonte, la tête longeant l’estomac et le ventre, les bras reprenant la place des pieds qui rebattent l’air de leurs souliers frottés de craie ; l’autre maladivement voluptueuse, montrant l’œil injecté et les mains tremblantes des polisonneries interrompues, les élans arrêtés par la présence d’un tiers, la paillardise avortant en plein trafic faute de souffle, les corps crispés et attendant, aboutissant enfin par le fracas triomphal des cymbales et des cuivres, au cri de douleur et de joie de la chose venue."
 
Joris-Karl Huysmans, Croquis parisiens, Les Folies-Bergère en 1879, Stock, 1905








jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Une dernière humiliation

Les jeunes filles ne protestaient plus. Elles connaissaient ce chapitre intarissable des espoirs brisés de leur mère. La dentelle collée au visage, les souliers trempés, elles suivirent rapidement la rue Sainte-Anne. Mais, rue de Choiseul, à la porte de sa maison, une dernière humiliation attendait madame Josserand : l [ ... ]
A la façon de Saint-Simon

Des partages de famille n'avaient pas entraîné la démolition de l'arcade originairement jetée sur la rue de Bretonvilliers. Le 3, malgré cette accolade, appartenait isolément à Françoise Le Ragois de Bretonvilliers, qui s'était retirée chez les filles de la Croix, rue de Charonne, depuis la m [ ... ]
Arsiero, Asiago

Non seulement connue pour son histoire de la fabrication du fromage, Asiago, une petite ville de 6 500 habitants, est également connue pour son histoire pendant la Première Guerre mondiale, dont Ernest Hemingway a fait une légère mention dans un célèbre poème écrit en 1922, « Arsiero, As [ ... ]