Skip to content
Je t’apprendrai à vouloir partir !
26-03-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 
Depuis un an, j’habite Londres avec le sieur Verlaine. Nous faisions des correspondances pour les journaux et donnions des leçons de français. Sa société était devenue impossible, et j’avais manifesté le désir de retourner à Paris. Il y a quatre jours, il m’a quitté pour venir à Bruxelles et m’a envoyé un télégramme pour venir le rejoindre. Je suis arrivé depuis deux jours, et suis allé me loger avec lui et sa mère, rue des Brasseurs, no 1. Je manifestais toujours le désir de retourner à Paris. Il me répondait : « Oui, pars, et tu verras ! »

Ce matin, il est allé acheter un révolver au passage des Galeries Saint-Hubert, qu’il m’a montré à son retour, vers midi. Nous sommes allés ensuite à la Maison des Brasseurs, Grand’Place, où nous avons continué à causer de mon départ. Rentrés au logement vers deux heures, il a fermé la porte à clef, s’est assis devant ; puis, armant son révolver, il en a tiré deux coups en disant : « Tiens ! Je t’apprendrai à vouloir partir ! » 



Arthur Rimbaud, Déclaration de Rimbaud au commissaire de police, Bruxelles, 10 juillet 1873

 
 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Pas eu le courage

« A l'Ambos Mundos, chambre 511. C'est là que j'ai écrit Pour qui sonne le glas . Vous l'avez lu ? — Non ». Hemingway ne se formalisa pas. « Je n'ai pas eu le courage de retourner à ma maison d'avant », poursuivit-il. Christophe Lambert, [ ... ]
Elle sort sur son balcon

Stendhal avait jeté un coup d’œil sur Germaine Necker [de Staël, ndlr] à Auxerre où ils avaient eu des chambres contiguës à l’hôtel Léopard. Lorsqu’une foule s’assemble pour la fêter, elle sort sur son balcon tout près de Stendhal. Victor Del Litto et [ ... ]
Le soir, en face

La seule adresse permanente de Saint-Exupéry dans les années trente fut le carrefour de la rue de Rennes et du boulevard Saint-Germain. L'après-midi on le trouvait aux Deux-Magots, le soir, en face, chez Lipp. Il y fixait ses rendez-vous. Dominique Lablanche, ‎Stacy de La Bruyère, ‎Françoise Bouillot, Sai [ ... ]