Skip to content
Guerre littéraire
03-06-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En 1828, Mérimée essaye de réconcilier Stendhal et Victor Hugo, qui se détestent. Peine perdue. Voici comment Sainte-Beuve décrit la rencontre : "Deux chats sauvages de deux gouttières opposées, sur la défensive, les poils hérissés et ne se faisant la patte de velours qu'avec des précautions infinies". Quand Le Rouge et le Noir paraît deux ans plus tard, Hugo prétendra n'avoir pas pu dépasser la quatrième page.

Mais sur Bordeaux, les deux hommes se retrouvent !

 

 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Sycophantes

À Athènes, la justice était principalement rendue par un jury populaire – l’Héliée –, constitué de quelque 6 000 citoyens tirés au sort. Ce tribunal ne comportait pas de ministère public. La mise en accusation revenait aux citoyens eux-mêmes, qui intervenaient soit à titre priv&eac [ ... ]
Muséographie

C’est plus fort que moi : quand je vois une coquille sur une page, je l’entoure au crayon. « Habent sua fata libelli », les livres ont leur propre destin : on ne sait jamais dans quelles mains peut se retrouver un bouquin. Cette petite mention manuscrite est une sorte de message secret à l’usage des lecteurs qui m [ ... ]
Ma première fois

J’ai un souvenir précis de ma première fois. C’était avec une secrétaire, dans un couloir. Là où je travaillais alors, je cumulais les fonctions de directeur général et d’expert en orthographe. Double casquette assez courante dans le monde professionnel. Un ethnologue qu [ ... ]