Skip to content
Guerre froide
04-04-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Le 28 octobre 1947, la Ligue des droits des peuples opprimés par les Soviets organise un grand meeting salle Wagram. Le Parti communiste mobilise une contre-manifestation aux abords de la salle. On crie "Mort aux fascistes !", "Epuration !". Violentes échauffourées avec la police. De nombreux journalistes sont pris à partie. Le 30 octobre, le journal Combat proteste contre cette mise en cause de la presse et relativise les conséquences des violences. Il ignore que le menuisier Alfred Puzzuoli, syndicaliste CGT, blessé le 28 octobre, succombera à ses blessures quelques jours plus tard. 

                                   
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]