Skip to content
Gorilles
03-09-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"[...] M. Gourdeau, dès son arrivée dans une ville visitée par le Président [Sadi Carnot*], se met en rapport avec le commissaire central et s'occupe avec lui des mesures d'ordre dont il assure l'exécution, en vertu d'un mandat spécial de la Présidence. A Chambéry, où nous l'avons vu tout récemment, il commandait aux forces de police et à la gendarmerie, sur tous les points où devait passer le cortège présidentiel. M. Gourdeau, outre ses émoluments annuels qui sont de trois mille francs, touche vingt à vingt-cinq francs par jour de frais de déplacement, chaque fois que M. Carnot se rend en province. Quoiqu'en rapports directs et quotidiens avec le secrétaire général de la Présidence, M. Gourdeau n'est qu'un simple employé de la Préfecture placé sous les ordres de M. Cavard, chef adjoint du cabinet, qu'il va voir tous les mercredis et samedis. En fait, ce simple inspecteur des brigades de recherches est un "Monsieur " à qui les préfets adressent un salut bienveillant et auquel les commissaires centraux, le sachant bien en cour, se dédaignent pas de serrer la main."  Le Figaro, 23 septembre 1892. 
 
Malgré ces précautions, Carnot sera assassiné à Lyon le 24 juin 1894. Mais aucune réforme organique d'importance de la protection présidentielle ne sera engagée avant l'assassinat de Paul Doumer en 1932. Il est alors décidé que les policiers en charge de la sécurité du président de la République seront rattachés au préfet de Police.
 


jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

            
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Annus horribilis

Avec la loi sur les associations, l'année 1901 est un millésime faste pour les libertés publiques. Pour l'Académie française, c'est une année qu'elle qualifie de terrible , sans qu'on soit sûr qu'il faille prendre ce qualificatif au second degré. Terrible parce qu'un arrêté du ministre de l [ ... ]
Haute couture

De la comtesse Greffulhe, Proust dit qu'il n'a jamais vu une femme aussi belle. C'est elle qui fait la mode à Paris à la fin du XIXe siècle. Dans La Prisonnière, le narrateur s'informe auprès d'elle de ce que doit porter une jeune fille : « Par exemple, madame, le jour où vous deviez dîner chez Mme de Saint-Euverte, avant d& [ ... ]
Citoyens assesseurs

En 2011-2012, des citoyens assesseurs, tirés au sort sur les listes électorales à la façon des jurés d'assises, ont participé à titre expérimental aux audiences des tribunaux correctionnels à Dijon et Toulouse. L'objectif officiel était de rapprocher les juges des réalités de terrain [ ... ]