Skip to content
Flaubert politique
24-03-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

En matière politique, Flaubert était un antimoderne. L'auteur de L'Education sentimentale se méfiait de tous les gouvernements. L'expérience prouve, disait-il, qu'aucun ne porte le bien en soi. Pas même le gouvernement républicain. Le gouvernement des savants qu'il appelle de ses vœux dans sa lettre à Sand est un pis-aller. Il ne le souhaite que par défaut.


                            
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Lord Elgin a perdu le mérite

J’ai souvent eu l’occasion de parler de lord Elgin dans cet Itinéraire : on lui doit, comme je l’ai dit, la connaissance plus parfaite du Pnyx et du tombeau d’Agamemnon ; il entretient encore en Grèce un Italien chargé de diriger des fouilles, et qui découvrit, comme j’étais à Ath&egra [ ... ]
Ces arcades sont d’ordre corinthien

La porte d’Arroux ou de Sens est un admirable ouvrage des Romains ; c’est un arc de triomphe, avec deux grandes arcades, et, à côté, deux plus petites. Au-dessus, on voit six arcades plus étroites, formant une sorte de galerie ; il y en avait dix autrefois : quatre ont disparu. Les colonnes engagées entre ces a [ ... ]
Dans un étang triste

La grand-route part de Quimper, monte une côte, coupe des vallées, passe une sorte de lac herbeux et morne, et pénètre enfin dans Pont-l'Abbé, la petite cité la plus bretonne de toute cette Bretagne bretonnante qui va du Morbihan à la pointe du Raz. A l'entrée, un vieux château, flanqué de [ ... ]