Skip to content
Femmes libres
08-08-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Après la mort de Saint-Simon en 1825, ses épigones poursuivent son œuvre. Les saint-simoniens sont partisans de la reconnaissance de l'égalité des femmes. Sous la Monarchie de Juillet, celles-ci sont nombreuses dans le mouvement. Adèle de Saint-Amand propose de fonder une société de défense des droits de la femme.

Mais le pouvoir et l'opinion confondent femme libre et fille publique. Le projet ne verra pas le jour.

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Le Tigre

Député ou sénateur de façon presque continue depuis 1871, Clemenceau (1841-1929) n'entre au gouvernement qu'en 1906, comme président du Conseil et ministre de l'Intérieur. A cette occasion, le dessinateur Sem le représente en tigre. Il en consevera le surnom. Confronté à une forte agitation sociale, le &qu [ ... ]
De quoi les classes moyennes sont-elles le nom ?

L'apparition moderne de l'appellation « classe moyenne » en France remonte à la monarchie de Juillet, dans les années 1830-1840 - comme dans d'autres pays européens. À cette époque, il ne désigne aucunement ce que nous entendons aujourd'hui par classes moyennes mais, curieusement, la bourgeoisie. Par la sui [ ... ]
"La France fait des révolutions, mais ne fait pas de réformes"

Au sujet de la France, Jacques Attali affirme : Nous sommes un pays rural qui n’évolue pas de façon continue. La France fait des révolutions, mais ne fait pas de réformes . À la veille d'une nouvelle journée de mobilisation des gilets jaunes samedi, l'essayiste a donné son sent [ ... ]