Skip to content
Et la prochaine ?
10-10-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 
« Plus de dix ans après la crise de 2007, rien n’est réglé. Partout, on a retardé les solutions politiques, économiques, technologiques : plus de monnaie, plus de dette, plus de procrastination, plus de promesses ! Avec l’espoir que le progrès technique, la croissance ou la Providence résoudront tout...
 
La question n’est pas de savoir si une prochaine crise va éclater, mais quand, et quels seront le déclencheur et le déroulement. Qu’elles soient financières, écologiques ou géopolitiques, ou qu’elles s’enchaînent par un effet de domino, ces crises trouveront leur source dans la priorité donnée au flux sur le stock, à la consommation sur l’épargne et l’investissement, au plaisir sur le patrimoine. J’en imagine ici les différents scénarios probables à court terme et leurs conséquences dévastatrices au niveau planétaire.
 
L’heure n’est toutefois ni au pessimisme ni à la résignation, mais à l’action positive. C’est aussi l’objet de ce livre que d’aider chacun à se protéger de ces crises qui s’annoncent, et même à en tirer le meilleur. On peut avoir le sentiment que tout cela est hors de portée. Cela ne l’est pas. Cela pourrait le devenir, dans vingt ans, si l’on n’a rien fait d’ici là. Si on agit, je suis convaincu que le siècle à venir peut être prodigieux de paix, de bonheur et de sérénité pour tous. »

 
Jacques Attali, Comment nous protéger des prochaines crises ? Fayard, 3 octobre 2018 

                           
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]