Skip to content
En partie double
09-10-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Peut-être viendra-t-il un temps où les écoles, collèges et lycées Jules Ferry seront débaptisés du fait de la politique coloniale du père de l'enseignement obligatoire. En attendant, Jules Ferry incarne la réussite de la politique scolaire de la Troisième République.

Dans le discours testament qu'il prononce à la Chambre le 5 juin 1889, il rattache sa réforme à l'esprit de la Révolution, à laquelle il reconnaît en même temps un actif et un passif, avec un solde qu'il juge positif. Une évaluation comptable en partie double à laquelle le bilan pédagogique de Mai 1968 a rarement droit.

 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

La langue des gastronomes

Les mariages des ducs d'York se suivent à la cour britannique sans se ressembler. Marié en 1893, George succédera sur le trône à son père Edouard en 1910. Après sa mort en 1936, la reine Mary s'opposera au mariage de son fils aîné avec Wallis Simpson, dans la lignée du rigorisme monarchique de s [ ... ]
L'autre loi de 1905

Tromperie ou falsification, la fraude alimentaire est une pratique courante au cours du XIXe siècle. Les premières mesures de contrôle apparaissent vers 1850. Mais il faut attendre le début du siècle suivant pour que, sous l'impulsion notamment de l'économiste Charles Gide (oncle d'André), le législateur se saisisse s&e [ ... ]
Le 41ème fauteuil

Stendhal, Balzac, Proust... : les plus grands noms de la littérature française n'ont pas siégé sous la coupole de l'Académie. Proust n'a pas cherché à être élu. Stendhal avait envisagé de se présenter quand il aurait 60 ans. Il est mort à 59. Des trois, Balzac est celui qui &eacut [ ... ]