Skip to content
En l'honneur des petits pieds des demoiselles
28-06-2020
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Eh bien, en dépit de ces avantages naturels, la spéculation a dépensé des millions à Cabourg. Son casino est le plus luxueux qu'il y ait sur les côtes de la Manche. Un monsieur de noir vêtu, en culotte courte, et une chaîne d'argent autour du cou, se tient debout sur la terrasse, dominant d'un flegme toujours égal le calme et la tempête. Que doivent penser de lui les goëlands ? On joue passablement à ce casino ; on y veille beaucoup à la clarté du gaz, éclairage totalement inconnu à Houlgate. Du reste, Cabourg, quoique peu agréable en luimême, est un lieu fort animé. On y rencontre des demoiselles de Paris quelque peu libres dans leurs allures, qui étalent leurs grâces sur l'esplanade , la seule , avec celle de Deauville, qui existe dans la région du Calvados. Il y a deux beaux hôtels, dont un porte le titre ambitieux d'Hôtel des ducs de Normandie, et la plage est chaque jour ratissée comme les allées d'un parc anglais, probablement en l'honneur des petits pieds des demoiselles en question.
 
Revue britannique, Volume 1873, Numéro 4










jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Dévoué à ce gastéropode

Mamé Tagau habite rue Montorgueil. Juste en face un gros escargot. Non pas « tout chaud » selon la comptine, mais tout gros et tout doré. C'est l'enseigne d'un restaurant entièrement dévoué à ce gastéropode depuis des décennies. Jacques Hiver, Ze cercle : ou Le Martyre de mademois [ ... ]
A student haunt

Nearby rise the white minaret and green pan-tiled roof of the Mosquée de Paris, built in 1922. Its beautiful Moorish tearoom is a student haunt. The mosque looks over the Jardin des Plantes botanical garden. Time Out, Paris, 2012 & [ ... ]
Une traînée verte intermittente

La place populacière était éclaboussée par les feux d'une enseigne lumineuse dont les lettres roulant du toit couraient en zigzags sur la façade d'un restaurant, faisant un traînée en queue de comète derrière des mots qui éclataient en rouge, en bleu, cerclés et désignés d'un f [ ... ]