Skip to content
Servitude et grandeur militaires
25-08-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

A la veille de la Première Guerre mondiale, la doctrine de l'état-major français vient de faire peau neuve. Après des décennies de préférence pour la manœuvre, l'heure est à l'offensive. En août 14, le général Lanrezac (1852-1925) commande les quelque 300 000 hommes de la Ve armée. Lors de la bataille de Charleroi, les ordres de Joffre sont – conformément à la doctrine – d’attaquer à outrance. Impuissant à convaincre son chef, Lanrezac prend sur lui de reculer. Sa désobéissance permet de sauver la quasi-totalité de ses troupes, qui joueront par la suite un rôle déterminant. Joffre lui reproche son indécision et sa tendance à contester la hiérarchie. Il lui retire son commandement à la veille de la bataille de la Marne. Lanrezac consacrera les dix dernières années de sa vie à justifier sa décision. Au lendemain de sa mort, on commence à admettre la pertinence de son choix. Une petite rue lui est attribuée à Paris entre les prestigieuses avenues Mac-Mahon et Carnot, ses cendres sont transférées aux Invalides en 1933, son nom tombe cependant vite dans l’oubli.

Il en va habituellement ainsi des généraux qui ouvrent leur gueule. Mais comme, une fois par siècle, cela donne un Murat ou un de Gaulle, certains continuent de tenter le coup. 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La politique des vacances

Les vacances des présidents de la République sont politiques – forcément politiques. En 1936, pendant le premier été du Front populaire, Albert Lebrun profite des siennes pour s’adresser pour appeler à l’union nationale. Jamais la France n'a eu plus besoin du concours de tous ses fils , déclare-t- [ ... ]
L'indulgence du général

Je me souviens du scandale des ‘Ballets roses’ dans lequel fut compromis le Président de la Chambre, André Le Troquer écrit Georges Perec. Grand résistant – il a défendu Léon Blum au procès de Riom –, Le Troquer (1884-1963) est au côté du général de Gaulle le 26 a [ ... ]
Plus et mieux

Parti le 24 novembre 1944 de Paris, le général de Gaulle arrive à Moscou le 2 décembre, après des haltes à en Egypte, en Iran, à Bakou et à Stalingrad. Sa délégation se compose, entre autres, de Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, de Gaston Palewski, directeur de cabinet de De Gaulle, du [ ... ]