Skip to content
Edgard de Larminat
03-03-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Après avoir participé au débarquement de Provence, le général de Larminat (1895-1962) est nommé à la tête des Forces françaises de l'Ouest et chargé de libérer les poches de l'Atlantique. Le 15 juin 1962, il est nommé président de la Cour militaire de justice, instituée pour juger les participants au putsch d'Alger d'avril 1961. Le 1er juillet, Larminat met fin à ses jours, "craignant de ne pouvoir, physiquement et moralement, mener à bien cette dernière mission", selon l'Ordre de la Libération auquel il appartenait. Traduction : la perspective de devoir condamner d'anciens camarades des combats de la Libération passés à l'OAS lui aurait été insupportable. Cette explication a cependant été contestée par certains membres de sa famille, pour qui le suicide de Larminat serait plus dû à la crainte de ne pas être à la hauteur de sa tâche du fait de sa santé défaillante, plutôt qu'à un refus d'assumer sa mission à la Cour militaire de justice.
 
La fin tragique de ce compagnon de la Libération de la première heure explique peut-être pourquoi Perec s'en souvient.

                   
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]