Skip to content
Edgard de Larminat
03-03-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Après avoir participé au débarquement de Provence, le général de Larminat (1895-1962) est nommé à la tête des Forces françaises de l'Ouest et chargé de libérer les poches de l'Atlantique. Le 15 juin 1962, il est nommé président de la Cour militaire de justice, instituée pour juger les participants au putsch d'Alger d'avril 1961. Le 1er juillet, Larminat met fin à ses jours, "craignant de ne pouvoir, physiquement et moralement, mener à bien cette dernière mission", selon l'Ordre de la Libération auquel il appartenait. Traduction : la perspective de devoir condamner d'anciens camarades des combats de la Libération passés à l'OAS lui aurait été insupportable. Cette explication a cependant été contestée par certains membres de sa famille, pour qui le suicide de Larminat serait plus dû à la crainte de ne pas être à la hauteur de sa tâche du fait de sa santé défaillante, plutôt qu'à un refus d'assumer sa mission à la Cour militaire de justice.
 
La fin tragique de ce compagnon de la Libération de la première heure explique peut-être pourquoi Perec s'en souvient.

                   
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Groupes 7 et 8

Les gens de maison (70) se distinguent des femmes de ménage (71) par le fait qu'ils n'ont qu'un seul employeur et qu'ils sont logés par cet employeur. Les femmes de ménages d'entreprise et d'administration sont classées comme manœuvres (68). Les « autres personnels de service » (72) comprennent par exemple les chauff [ ... ]
Conséquence de la transition démographique

Phénomène mondial, le vieillissement des populations touche aussi bien des pays développés comme le Japon que des pays émergents comme la Chine. En Europe, il a d’abord concerné les pays du Nord avant de s’étendre à ceux du Sud. Cette augmentation de la part de personnes âgées dans [ ... ]
Deux blessures sans gravité

Dans un jardin ombragé par des arbustes bienveillants, enveloppé d’une douceur printanière, chemise blanche, col ouvert, manches retroussées, deux hommes, épée à la main, se jugent, se jaugent, puis, sur un signe de l’arbitre, croisent le fer. Quatre minutes plus tard, le combat cesse un des deux duellistes ayant &e [ ... ]