Skip to content
Du Carnet B à la Fiche S
28-11-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En 1886, le général Boulanger, ministre de la Guerre, institue deux fichiers, gérés par la Gendarmerie : le « Carnet A », qui répertorie les étrangers en âge d’être mobilisés dans leur pays, et le « Carnet B », qui regroupe les étrangers et les Français soupçonnés d’espionnage ou d’antimilitarisme. En 1912, une instruction secrète d’Alexandre Millerand, ministre de la Guerre, étend le Carnet B à l’ensemble des personnes présentant un danger pour l’ordre public. Un débat houleux s’ensuit à la Chambre lorsque le texte de l’instruction finit par être dévoilé.

A la veille de la Première Guerre mondiale, quelque 2400 « suspects du point de vue national », français et étrangers, figurent sur le Carnet B. Les Fiches S concernent aujourd'hui environ 15 000 personnes.

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]