Skip to content
Dorgelès
15-06-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Dès 1914, Roland Dorgelès (1886-1973), alors jeune journaliste, s’engage dans l’infanterie. Cette expérience marque son entrée en littérature. Considéré comme son chef-d’œuvre, Les croix de bois lui valent en 1919 le prix Femina. Dans un style sans fioritures, le roman retrace le quotidien de Gilbert Demachy, un étudiant plein d’illusions qui a rejoint le 39e régiment d’infanterie. En restituant la réalité des tranchées  – les attaques, les bombardements, les échanges entre camarades dont beaucoup finiront le long d’une route sous une simple croix de bois –, ce récit aux accents de farce macabre dépeint la « boucherie » dont naquit le XXe siècle.

 
Avec Les Croix de bois, Dorgelès révélait l’abominable vérité d’un conflit à peine achevé : celle que taisaient les journaux et que les civils refusaient d’entendre de la bouche des rares rescapés. Par sa valeur de témoignage et par l’engagement pacifiste de son auteur, ce roman reste un des plus célèbres pamphlets contre la guerre, bouleversant hommage aux héros inconnus qui en furent les acteurs.

 
D'après Albin Michel
                                                            
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Groupes 7 et 8

Les gens de maison (70) se distinguent des femmes de ménage (71) par le fait qu'ils n'ont qu'un seul employeur et qu'ils sont logés par cet employeur. Les femmes de ménages d'entreprise et d'administration sont classées comme manœuvres (68). Les « autres personnels de service » (72) comprennent par exemple les chauff [ ... ]
Conséquence de la transition démographique

Phénomène mondial, le vieillissement des populations touche aussi bien des pays développés comme le Japon que des pays émergents comme la Chine. En Europe, il a d’abord concerné les pays du Nord avant de s’étendre à ceux du Sud. Cette augmentation de la part de personnes âgées dans [ ... ]
Deux blessures sans gravité

Dans un jardin ombragé par des arbustes bienveillants, enveloppé d’une douceur printanière, chemise blanche, col ouvert, manches retroussées, deux hommes, épée à la main, se jugent, se jaugent, puis, sur un signe de l’arbitre, croisent le fer. Quatre minutes plus tard, le combat cesse un des deux duellistes ayant &e [ ... ]