Skip to content
Diagonales : Vaste programme
29-04-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

"Mort aux cons !" A ce projet, le général de Gaulle, dit-on, a répondu : "Vaste programme..." Qu'en est-il après quelque soixante années de Cinquième République ?

L'outil Ngram de Google évalue la fréquence des mots et expressions dans la littérature depuis le début de l'imprimerie. En 1958, le mot "con" est en petite forme. Très en vogue sous le Premier Empire, il régresse constamment depuis Waterloo. Malgré une embellie pendant la Seconde Guerre mondiale, il est au plus bas quand l'homme du 18 juin est de retour aux affaires. Les expressions "vieux con", "sale con", "pauvre con", "gros con", "jeune con" et "petit con" sont dans la même situation. En 1958, elles affichent toutes des fréquences de faible niveau. Les choses changent à partir des années 60. Le mot "con" reprend du service, tout comme ses déclinaisons, mais à des rythmes différents. Les petits et les vieux cons font la course en tête, devant le peloton des pauvres, sales et gros cons.

Les jeunes cons, plus poussifs, sont à la traîne, loin derrière. Un motif d'espérance ?

 

 

conz1.jpg

 

 

 

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]