Skip to content
Diagonales : Sommes-nous en 1893 ?
27-05-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le 25 février 1893, l'éditorialiste du Figaro écrit : "Nous avons à combler un déficit qui ne paraît pas devoir l'être aisément ; et il va sans dire que le déficit prévu sera, dans la réalité, beaucoup plus profond et plus large. [...] On fera donc un emprunt, pour changer, et un emprunt dissimulé. [...] Mais enfin, avec un budget comme le nôtre, avec des impôts pharamineux comme ceux que nous payons, comment peut-il y avoir déficit ? A première vue, cela trouble ; la réflexion n'apporte guère de lumière, ou plutôt amène à constater, trente fois pour une, que l'Etat se charge de soutenir, subventionner, payer, renter, indemniser, doter et sinécuriser une foule de choses et de gens, d'entreprises et d'aventures qu'il devrait méconnaître et même profondément ignorer."

L'année 1893 marque le début de la fin de la Grande Dépression, une période d'apathie économique internationale commencée en 1873 et qui s'achèvera en 1896. D'aucuns se demandent si nous sommes en 1913. L'éditorial du Figaro donne à penser que nous sommes peut-être plutôt en 1893. Heureusement !

 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

  

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]