Skip to content
Diagonales : Qu'importe l'ivresse, pourvu qu'on ait le flacon
19-12-2010
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Une équipe d'économistes américains conduite par le critique gastronomique Robin Goldstein a mené une vaste enquête sur le goût des consommateurs de vin en fonction du prix de la bouteille. On a d'abord proposé aux participants de classer selon leurs préférences plusieurs vins issus de bouteilles différentes, dont les étiquettes comportaient le prix. Comme on le devine, c'est en fait le même vin qui était servi chaque fois. Mais ce sont les bouteilles réputées les plus chères qui ont été les mieux notées. Après avoir analysé de nombreuses autres variables, l'étude conclut que, de tous les facteurs qui influencent la perception d'un vin par celui qui le boit, c'est le prix qui se révèle le plus déterminant.

Une piste pour faire plaisir à ses invités si l'on est fauché à la veille des fêtes : changer l'étiquette des bouteilles !

 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

  

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Le cachet de la poste du 2 décembre

Le 1er décembre, ils sont à l'hôtel du Faisan à Chateauroux, et les voilà dans le pays de l'enfance de Fargue, plein du souvenir... de [son] père et des vacances. De Chaillac, Fargue adresse à sa mère un carte postale portant le cachet de la poste du 2 décembre ; à Argenton-sur-Creuse, [ ... ]
Le cadre habituel des réunions de l'Escadrille

Fin septembre il rencontra Paul Nothomb à l'hôtel Florida (aujourd'hui détruit) où Malraux séjournait habituellement lorsqu'il allait à Madrid. Cet hôtel était par ailleurs le cadre habituel des réunions de l'Escadrille. Charles-Louis Foulon, Janine Mossuz-Lavau, Michael [ ... ]
The unimportant Parthalonians with the mouldy Firbolgs and the Tuatha de Danaan googs

So anyhow after that to wind up that long to be chronicled get together day, the anniversary of his first holy communion, after that same barbecue beanfeast was all, over poor old hospitable King Roderick O'Conor, the paramount chief polemarch and last preelectric king of all Ireland, who was anything you say yourself between fiftyfour and fiftyfive year [ ... ]