Skip to content
Diagonales : Néologisme
05-12-2015
Facebook!  Partager sur Twitter

"La récession, c'est quand ton voisin perd son boulot, la dépression, c'est quand tu perds le tien", dit-on outre-Atlantique. Le débat sémantique remonte en vérité à la grande dépression américaine des années 30. C'est pour la distinguer des ralentissements plus limités d'avant la Première Guerre mondiale qu'on inventa rétrospectivement, pour eux, le terme de récession.

Par rapport à une dépression, une récession est donc un demi-mal. Pourquoi le mot fait-il dès lors si peur aujourd'hui ? Sans doute parce que même à moitié, un demi-mal est déjà trop. Notre époque rejette ce qui est négatif. L'heure est à l'euphémisme. Parions qu'un néologisme surgira bientôt pour exprimer cette terra incognita de la pensée économique que nous traversons. Et souhaitons qu'il ne contracte pas récession et dépression en répression.

 

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

06 07 67 46 00

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

Collectivisme

Saccard, intéressé, le regardait avec une vague inquiétude, bien qu'il le prît pour un fou. − Mais enfin, expliquez-moi, qu'est-ce que c'est que votre collectivisme ? − Le collectivisme, c'est la transformation des capitaux privés, vivant des luttes de la concurrence, en un capital social unitaire, exploité par le t [ ... ]
La cause grecque

Les peuples, comme les hommes, se mesurent à leurs rêves. La France n’est devenue la France que grâce à un certain pouvoir qu’elle eut quelquefois de rêver non pour elle seulement, mais pour tous les hommes […] , écrit Jean Guéhenno au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La France dans [ ... ]
Mondanités

Ce que je reproche aux journaux, c’est de nous faire faire attention tous les jours à des choses insignifiantes tandis que nous lisons trois ou quatre fois dans notre vie les livres où il y a des choses essentielles , écrit Proust – au demeurant grand amateur du Carnet Mondain du Figaro. Que dirait-il aujourd’hui des [ ... ]