Skip to content
Diagonales : Le roman de la crise
15-03-2010
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Près de quatre-vingts ans se sont écoulés entre la Terreur et le Quatrevingt-treize de Victor Hugo. Tolstoï a laissé passer soixante ans pour traiter des guerres napoléoniennes. Moins de vingt années séparent les bouleversements haussmanniens de La Curée de Zola. Et c'est à peine dix ans après le krach de 1929 que Steinbeck publie Les Raisins de la colère.

Le rythme de l'Histoire accélère, celui de la Littérature aussi. En toute logique, c'est vers 2012 que la crise des subprimes devrait nous réserver un chef d'oeuvre.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Chez les Nudistes

Il me fut donné un certain hiver de visiter une vingtaine ces boîtes en une seule nuit. Comme je descendais du « Grand Écart » pour aller serrer la main de Jef Kessel qui fêtait ce soir-là son Prix du Roman dans le quartier, en compagnie de Tardieu, de Chiappe et de Santo-au-louis-facile, de Santo, qui régnait à [ ... ]
La bande de ces dîneurs déçus

Ce soir-là, j’avais eu, dans un restaurant de la place de la Bastille, où je dînais avec de chers amis, une courte altercation, « à propos d’un parapluie », avec de vagues clients venus pour des paupiettes « terminées », comme il leur fut dit. Nous n’attendîmes pas longtemp [ ... ]
Les yeux sur l’Univers

Aussi bien, chaque mètre est différent de l’autre. Le client de la Civette n’est pas celui de la Librairie Stock. Celui qui descend à l’hôtel du Louvre n’entre jamais au Café de la Régence, préfère l’Opéra à la Comédie et achète ses livres d [ ... ]