Skip to content
Diagonales : Le juste prix
07-04-2010
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le correspondant du Monde aux Etats-Unis raconte que, devant passer une IRM, il s'est rendu dans un cabinet médical de New York. On lui annonce qu'il lui en coûtera environ 2 000 dollars. Il fait remarquer à l'assistante que, pour ce prix, il peut s'offrir trois fois l'aller-retour vers Paris où l'examen est gratuit. Après avoir consulté sa hiérarchie et, sans doute, un site de voyages, son interlocutrice revient avec une proposition à 700 dollars. Tout se passe comme si le prix du New York - Paris A/R déterminait celui de la consultation médicale.

On reproche souvent au transport aérien, réputé polluant, de générer ce que les économistes appellent des externalités négatives. Voici un cas où il produit au contraire une externalité positive.

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Une rue aux bâtisses misérables

Il neigeote. Nous prenons un fiacre, et nous allons porter nos livraisons de l’Art du dix-huitième siècle à Théophile Gautier, 32, rue de Longchamps (sic), à Neuilly. C’est dans une rue aux bâtisses misérables et rustiques, aux cours emplies de volailles, aux fruiteries, dont la porte est garnie de peti [ ... ]
Dégueulasse

Michel Poiccard (Belmondo) : C'est vraiment dégueulasse. Patricia Franchini (Seberg) : Qu'est ce qu'il a dit ? Inspecteur Vital (Boulanger) : Il a dit que vous êtes vraiment une dégueulasse . Patricia Franchini : Qu'est ce que c'est dégueulasse ? Jean-Luc Godard, A bout de souffle [ ... ]
Attitude inadmissible et intolérable

[...] Au long de l'année 1967, les critiques n'ont pas été ménagées à Valéry Giscard d'Estaing. Le général de Gaulle lui-même donne le ton en proclamant en conseil des ministres, dès le 11 janvier 1967 : « On ne gouverne pas avec des mais... ». [...] Aprè [ ... ]