Skip to content
Diagonales : La nouvelle Athènes
13-04-2010
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Qu'y a-t-il de commun entre l'administration du Trésor des Etats-Unis d'Amérique et la Banque Nationale de Grèce ? L'une et l'autre de ces institutions viennent de mettre en place des dispositifs de dons en faveur de la réduction de la dette nationale. Pour ce qui est de la Grèce, les dons peuvent se faire en se rendant dans les agences de la banque, par transfert sur un compte spécifique ou encore par téléphone. En ce qui concerne les Etats-Unis, les dons se font exclusivement en ligne par Internet.

Mais la principale différence n'est pas là. La Banque Nationale de Grèce accepte tous les dons, alors que le Trésor américain précise qu'il se réserve la faculté d'en refuser. C'est toute la différence entre la première puissance du monde et la lanterne rouge de l'Europe.

 

               Soutenir Athènes           
        Soutenir Washington            
 Soutenir Références


 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Une rue aux bâtisses misérables

Il neigeote. Nous prenons un fiacre, et nous allons porter nos livraisons de l’Art du dix-huitième siècle à Théophile Gautier, 32, rue de Longchamps (sic), à Neuilly. C’est dans une rue aux bâtisses misérables et rustiques, aux cours emplies de volailles, aux fruiteries, dont la porte est garnie de peti [ ... ]
Dégueulasse

Michel Poiccard (Belmondo) : C'est vraiment dégueulasse. Patricia Franchini (Seberg) : Qu'est ce qu'il a dit ? Inspecteur Vital (Boulanger) : Il a dit que vous êtes vraiment une dégueulasse . Patricia Franchini : Qu'est ce que c'est dégueulasse ? Jean-Luc Godard, A bout de souffle [ ... ]
Attitude inadmissible et intolérable

[...] Au long de l'année 1967, les critiques n'ont pas été ménagées à Valéry Giscard d'Estaing. Le général de Gaulle lui-même donne le ton en proclamant en conseil des ministres, dès le 11 janvier 1967 : « On ne gouverne pas avec des mais... ». [...] Aprè [ ... ]