Skip to content
Diagonales : La mauvaise joie
27-01-2011
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Se réjouir du malheur des autres est une attitude qui semble assez fréquente. Les mots pour la désigner sont pourtant rares et équivoques. Les Allemands disent occasionnellement Schadenfreude, de Schaden (dommage, mal) et Freude (joie). Les Anglais utilisent – rarement – le mot epicaricacy, du grec epicharicacia, de epi (sur), kharis (plaisir, joie) et kakos (mauvais). Les Français empruntent épicaricatie (ou épicaricacie) aux Anglais, de façon encore plus exceptionnelle. D'autres expressions sont pratiquées : mauvaise joie, plaisir sadique, etc. Mais on s'éloigne chaque fois du simple fait de se réjouir du malheur d'autrui.

 

Les linguistes s'interrogeaient sur les raisons de cette pauvreté sémantique. Des psychologues du Dartmouth College (New Hampshire) viennent d'apporter une réponse. Par une série d'expériences, ils ont en effet démontré que l'on a tendance à fortement sous-estimer les malheurs des autres, surtout quand on est soi-même dans la souffrance. Si l'on manque de mots pour dire se réjouir du malheur des autres, c'est peut-être parce que, contrairement aux idées reçues, on ne le fait pas souvent.

 

 

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un généreux filet de bœuf charolais

En bordure du centre-ville, ce splendide hôtel sur quatre niveaux aux murs blanchis à la chaux, ancienne auberge du XIXe siècle, est aujourd’hui une adresse conseillée en ville. Outre les chambres de haut standing, on passera également par la table, où le propos régional a toute sa place. A la carte, [ ... ]
Les deux amis se dérobèrent

Frédéric avait déjà posé, au bord du guichet, un porte-cigares rempli. « Prends donc ! Adieu, bon courage ! » Dussardier se jeta sur les deux mains qui s’avançaient. Il les serrait frénétiquement, la voix entrecoupée par des sanglots. « Comment ?... à moi ! &agr [ ... ]
Déjà l'Orient

L'hôtel d'Orient pourrait surprendre avec son minaret décoratif et ses arcs surbaissés, mais, avec son climat, Menton, c'est déjà l'Orient. Marc Boyer, Les villégiatures du XVIe au XXIe siècle: Un panorama du tourisme sédentaire, EMS, 2008 [ ... ]