Skip to content
Diagonales : L'effet Macbeth
08-10-2012
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Des psychologues de l'université de Toronto ont demandé à des étudiants de se remémorer des situations où ils ont commis des fautes d'ordre moral qu'ils regrettent. Puis ils les ont envoyés au supermarché munis d'une liste de produits à acheter. Ces étudiants ont commencé leurs achats par le rayon des produits d'hygiène dans une proportion notablement supérieure à celle constatée au sein du groupe témoin auquel aucune question préalable n'avait été posée. D'autres expériences montrent qu'on a tendance à se laver d'autant plus les mains qu'on vient de commettre un acte contraire à l'éthique, comme si les passer sous le robinet purifiait l'âme. On a donné à ce phénomène le nom d'effet-Macbeth, en référence à l'habitude qu'a Lady Macbeth de se laver les mains pour effacer le sang qu'elles portent.

A en croire ces observations, les mains sales seraient un gage de bonne conscience. Le contraire du sens commun.

 

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

06 07 67 46 00

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

L'importance de cette ville

Nous sommes arrivés à Toulouse vers six heures du soir, et sommes descendus à l'hôtel de l'Europe, place Lafayette. Je ne puis dire grand bien de cette maison: nous espérions trouver à Toulouse un gîte plus en rapport avec l'importance de cette ville. Alfred Asselin, Journal d [ ... ]
Où le maréchal Brune périt

L'hôtel de l'Europe à Avignon nous procura un logement convenable à l'entrée de cette ville, non loin du pont en fil de fer, et à quelques pas de l'hôtel du Palais Royal, où le maréchal Brune périt victime d'une réaction politique. Alfred Asselin, Journal de v [ ... ]
La distinction d’un regard plus élevé

Certes, les humbles particularités qui faisaient individuelle la fenêtre de la chambre de ma tante Léonie, sur la rue de l’Oiseau, son asymétrie à cause de la distance inégale entre les deux fenêtres voisines, la hauteur excessive de son appui de bois, et la barre coudée qui servait à [ ... ]