Skip to content
Diagonales : Ici, on accepte les francs
12-02-2009
Facebook!  Partager sur Twitter

Hier, c'était le boulanger. Aujourd'hui, la papeterie s'y met. On ne compte plus les devantures qui affichent : Ici, on accepte les francs. Pas les pièces, qu'on ne peut plus échanger. Mais les billets, que la Banque de France est encore tenue de convertir. On devine que l'idée est de faire un peu plus chiffre d'affaires avec ces fonds de tiroirs dont chacun pensait qu'ils avaient perdu toute valeur. Mais à l'heure où l'on hésite entre déflation et inflation, cette résurrection du franc résonne comme un avertissement.

Le financier anglais Gresham (1519 -1579) avait observé en son temps que la mauvaise monnaie chassait la bonne. Cinq siècles plus tard, les économistes soutiennent que c'est au contraire la bonne monnaie qui chasse la mauvaise. Les commerçants qui acceptent les francs n'ont pas le droit d'en rendre. Si d'aventure ils s'y risquaient, on devrait alors commencer à douter de l'euro !

 

AGORA.jpgRéagissez sur l'Agora d'oomark, un espace de prolongement des problématiques soulevées par Références (par oomark). Merci d'adresser vos commentaires à Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir . Un bon à tirer vous sera présenté avant mise en ligne.

 

     

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Pas eu le courage

« A l'Ambos Mundos, chambre 511. C'est là que j'ai écrit Pour qui sonne le glas . Vous l'avez lu ? — Non ». Hemingway ne se formalisa pas. « Je n'ai pas eu le courage de retourner à ma maison d'avant », poursuivit-il. Christophe Lambert, [ ... ]
Elle sort sur son balcon

Stendhal avait jeté un coup d’œil sur Germaine Necker [de Staël, ndlr] à Auxerre où ils avaient eu des chambres contiguës à l’hôtel Léopard. Lorsqu’une foule s’assemble pour la fêter, elle sort sur son balcon tout près de Stendhal. Victor Del Litto et [ ... ]
De leur allure continue et paresseuse

Au milieu du grand silence, et dans le désert de l'avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rhythmés (sic) de leurs roues, dont les échos baltaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes. Un tombereau de choux et un tombereau de pois, au po [ ... ]