Skip to content
Diagonales : Fictions
07-06-2012
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Ray Bradbury a écrit Fahrenheit 451 à la bibliothèque de l’université de Los Angeles, sur une machine à écrire louée 10 cents la demi-heure. Le roman met en scène une société de fiction où les livres sont bannis et systématiquement brûlés par des brigades de pompiers. Il a fallu, dit-on, neuf jours et dix dollars à Bradbury pour achever son texte. C'était en 1953, en pleine guerre de Corée.

Au moment même où est annoncé le décès du grand romancier, on apprend que, dans toutes les écoles du pays, le gouvernement de Séoul a décidé de substituer aux manuels scolaires traditionnels des sites web et ouvrages numériques. Souhaitons que la réalité ne dépasse pas la fiction.

 

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

L'importance de cette ville

Nous sommes arrivés à Toulouse vers six heures du soir, et sommes descendus à l'hôtel de l'Europe, place Lafayette. Je ne puis dire grand bien de cette maison: nous espérions trouver à Toulouse un gîte plus en rapport avec l'importance de cette ville. Alfred Asselin, Journal d [ ... ]
Où le maréchal Brune périt

L'hôtel de l'Europe à Avignon nous procura un logement convenable à l'entrée de cette ville, non loin du pont en fil de fer, et à quelques pas de l'hôtel du Palais Royal, où le maréchal Brune périt victime d'une réaction politique. Alfred Asselin, Journal de v [ ... ]
La distinction d’un regard plus élevé

Certes, les humbles particularités qui faisaient individuelle la fenêtre de la chambre de ma tante Léonie, sur la rue de l’Oiseau, son asymétrie à cause de la distance inégale entre les deux fenêtres voisines, la hauteur excessive de son appui de bois, et la barre coudée qui servait à [ ... ]