Skip to content
Diagonales : Faut-il renationaliser la Coface ?
26-10-2008
Facebook!  Partager sur Twitter

La Coface a annoncé hier avoir placé la France sous surveillance négative en raison de l'aggravation de la crise financière.

Experte en analyse de risques, la Compagnie Française d’Assurance pour
le Commerce Extérieur, plus connue sous son acronyme Coface, accompagne les sociétés dans la protection, le financement, le contrôle et la gestion de leurs créances commerciales. Créée en 1946 sur capitaux publics, elle est privatisée en 1994. C'est aujourd'hui une filiale de Natixis.

Ainsi, une ancienne émanation de l'Etat, toujours proche de l'administration dans l'imaginaire financier, est-elle amenée à mal noter son actionnaire fondateur et son pays de référence. Il en va, bien sûr, de sa crédibilité internationale. Mais à l'heure où la confiance se cherche, voilà qui est singulier et peut faire mauvais genre. Qui sait si, à cette aune, certains ne seront pas tentés un jour de la renationaliser ?

 

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

06 07 67 46 00

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Dévoué à ce gastéropode

Mamé Tagau habite rue Montorgueil. Juste en face un gros escargot. Non pas « tout chaud » selon la comptine, mais tout gros et tout doré. C'est l'enseigne d'un restaurant entièrement dévoué à ce gastéropode depuis des décennies. Jacques Hiver, Ze cercle : ou Le Martyre de mademois [ ... ]
A student haunt

Nearby rise the white minaret and green pan-tiled roof of the Mosquée de Paris, built in 1922. Its beautiful Moorish tearoom is a student haunt. The mosque looks over the Jardin des Plantes botanical garden. Time Out, Paris, 2012 & [ ... ]
Une traînée verte intermittente

La place populacière était éclaboussée par les feux d'une enseigne lumineuse dont les lettres roulant du toit couraient en zigzags sur la façade d'un restaurant, faisant un traînée en queue de comète derrière des mots qui éclataient en rouge, en bleu, cerclés et désignés d'un f [ ... ]