Skip to content
Diagonales : Faut-il lire aux cabinets ?
27-07-2012
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Une équipe de gastro-entérologues d'une clinique de Haïfa a étudié les effets sur la santé de la lecture aux cabinets. Son hypothèse était qu'emporter un livre ou un journal là où le roi se rend seul avait une influence favorable sur le transit intestinal. Mais les résultats de l'enquête ne viennent pas confirmer ce postulat : les gens qui lisent aux toilettes ne sont pas moins constipés que les autres. A la question Faut-il lire aux cabinets ?, la Faculté n'apporte donc pas de réponse.

Henry Miller a fait du sujet le titre d'un petit texte, Lire aux cabinets, publié en 1952 dans Les livres de ma vie. L'écrivain défend le principe de la lecture dans les lieux inconfortables : autobus, bancs publics, files d'attente... On y goûterait mieux la littérature. Pour ce qui concerne les WC, il est moins catégorique. Si certains auteurs, tel Joyce, lui paraissent de nature à être mieux appréciés sur le trône, il ne recommande pas d'y emporter systématiquement un bouquin. Les cabinets, dit Miller, sont faits pour penser, par pour lire !



PS : Les Editions du Palio ont publié en juin 2012, en association avec Neoblaste , Pisser à Paris, guide pratique et culturel des WC gratuits.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

L'importance de cette ville

Nous sommes arrivés à Toulouse vers six heures du soir, et sommes descendus à l'hôtel de l'Europe, place Lafayette. Je ne puis dire grand bien de cette maison: nous espérions trouver à Toulouse un gîte plus en rapport avec l'importance de cette ville. Alfred Asselin, Journal d [ ... ]
Où le maréchal Brune périt

L'hôtel de l'Europe à Avignon nous procura un logement convenable à l'entrée de cette ville, non loin du pont en fil de fer, et à quelques pas de l'hôtel du Palais Royal, où le maréchal Brune périt victime d'une réaction politique. Alfred Asselin, Journal de v [ ... ]
La distinction d’un regard plus élevé

Certes, les humbles particularités qui faisaient individuelle la fenêtre de la chambre de ma tante Léonie, sur la rue de l’Oiseau, son asymétrie à cause de la distance inégale entre les deux fenêtres voisines, la hauteur excessive de son appui de bois, et la barre coudée qui servait à [ ... ]