Skip to content
Diagonales : Faut-il calmer les colériques ?
10-03-2011
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Si Sénèque revenait, il ne dirait peut-être plus que la colère est mauvaise conseillère. Des psychologues de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) ont en effet montré qu'on fait, en colère, des choix plus rationnels que lorsqu'on reste calme. C'est paradoxal, mais il semble que, plus que le sang froid, le sang chaud écarte plus les risques de déni de réalité, d'autosuggestion ou de complaisance.

Ainsi, un groupe de travail gagne en objectivité et en efficacité quand, en réunion, l'un des participants pète les plombs. Voilà une best practice qui ne devrait pas être trop difficile à mettre en oeuvre.

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES