Skip to content
Diagonales : Entropie
11-03-2009
Facebook!  Partager sur Twitter

Les produits dérivés et les réseaux sociaux du type Facebook ont en commun, en l'état des pratiques actuelles, d'être des phénomènes irréversibles. Lorsqu'un produit dérivé est lancé sur le marché financier, on ne maîtrise plus sa destinée. Il en va de même des informations personnelles qu'on confie à Internet : une fois lâchées, on ne les récupère jamais. Aussi longtemps que les produits financiers et les réseaux sociaux fonctionneront comme des systèmes isolés, leur entropie - autrement dit le désordre qu'ils provoquent - ne pourra, selon le second principe de la thermodynamique, qu'aller en augmentant. Une seule solution pour casser ce mouvement infernal : rompre leur isolement. La création éventuelle de "bad banks" pour sanctuariser les créances toxiques irait dans ce sens .

Mais quel serait l'équivalent du côté de Facebook sinon de permettre à chacun de se forger une nouvelle identité avec un nouvel état civil déconnecté du précédent ? On peut rêver.

 

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]