Skip to content
Diagonales : Entre guillemets
08-07-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Baudelaire, grand amateur de ponctuation, haïssait les guillemets. On n'en trouve que quelques paires dans Les fleurs du mal. Et encore parce que Poulet-Malassis, son éditeur, a insisté. Le 18 mars 1857, le poète écrit à l'éditeur : "Rectifiez toutes les fautes marquées sur l’épreuve (feuille imprimée), renvoyée par moi (sauf poëte et vos guillemets si vous y tenez)." Rimbaud n'avait rien contre les guillemets, mais il avait l'habitude d'oublier de les fermer. Colette, coquine, utilisait dans un même texte des guillemets droits à l'anglaise et d'autres classiques à la française. Quant à Proust, il refusait les règles, ou plutôt inventait les siennes, abusant des guillemets ici, et les oubliant là.

On appelle autonymie la figure de style consistant à placer une formule entre guillemets. L'autonymie révèle-t-elle le caractère ?

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La loi de Baumol

En 1965, les chercheurs américains William Baumol et William Bowen se sont penchés sur les déficits chroniques des music-halls de Broadway. De leur étude, il ressort que les spectacles vivants présentent, sous l'angle économique, la particularité d'être des activités à faible innovation technologique et &a [ ... ]
Femmes libres

Après la mort de Saint-Simon en 1825, ses épigones poursuivent son œuvre. Les saint-simoniens sont partisans de la reconnaissance de l'égalité des femmes. Sous la Monarchie de Juillet, celles-ci sont nombreuses dans le mouvement. Adèle de Saint-Amand propose de fonder une société de défense des droits de la femme [ ... ]
Le carnaval des animaux

Chacals, hyènes puantes, vipères lubriques, requins, rats visqueux et autres loups : quelle inventivité pour décrire, à la grande époque, l'ennemi de classe. Ah que le mouton fait aujourd'hui pâle figure par rapport au chien bâtard ! Jean-Jacques Salomon jjsalomon@oomark [ ... ]