Skip to content
Diagonales : Credo quia absurdum
16-12-2010
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Henri IV, dont on vient d'authentifier le crâne, est présent dans une campagne d'affichage d'une marque de coffrets cadeaux qui détourne le tableau de Rubens "Les préparatifs du roi pour la guerre d'Allemagne (20 mars 1610)". Dans l'oeuvre originale, le roi confie le gouvernement de la France à sa femme Marie de Médicis, en présence du jeune Louis XIII. Dans la version détournée, Henri IV offre un coffret cadeau à la reine en lui disant, comme dans une bulle de BD :"Tiens, c'est le coffret aventure à deux". Et la reine lui répond : "J'appelle ma mère pour qu'elle garde le petit". Le dispositif fonctionne : on le remarque.

Les historiens ricanent parce que Marie de Médicis aura du mal à joindre sa mère, Jeanne d'Autriche, décédée alors depuis plus de vingt ans. Mais ils ont tort. En logique formelle, il n'est pas absurde qu'une proposition absurde – offrir un coffret cadeau en 1610 – induise une proposition absurde : téléphoner à une défunte ! 

 

 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

  

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un généreux filet de bœuf charolais

En bordure du centre-ville, ce splendide hôtel sur quatre niveaux aux murs blanchis à la chaux, ancienne auberge du XIXe siècle, est aujourd’hui une adresse conseillée en ville. Outre les chambres de haut standing, on passera également par la table, où le propos régional a toute sa place. A la carte, [ ... ]
Les deux amis se dérobèrent

Frédéric avait déjà posé, au bord du guichet, un porte-cigares rempli. « Prends donc ! Adieu, bon courage ! » Dussardier se jeta sur les deux mains qui s’avançaient. Il les serrait frénétiquement, la voix entrecoupée par des sanglots. « Comment ?... à moi ! &agr [ ... ]
Déjà l'Orient

L'hôtel d'Orient pourrait surprendre avec son minaret décoratif et ses arcs surbaissés, mais, avec son climat, Menton, c'est déjà l'Orient. Marc Boyer, Les villégiatures du XVIe au XXIe siècle: Un panorama du tourisme sédentaire, EMS, 2008 [ ... ]