Skip to content
Diagonales : Comment se faire respecter
04-07-2010
Facebook!  Partager sur Twitter

La reine d'Angleterre s'est rendue cette année à Wimbledon. L'événement est de taille : la souveraine, qui est réputée ne pas apprécier le tennis, n'avait honoré le stade de sa présence qu'à trois reprises, en 1957, 1962 et 1977. Depuis sa dernière visite, la protocole a changé. En 2003, le duc de Kent, qui préside habituellement le championnat, a en effet mis fin à l'usage de la révérence et du salut incliné pratiqués jusque-là par les joueuses et les joueurs devant la loge royale. Mais la venue d'Elizabeth soulevait à nouveau la question : to bow or not to bow* ? La rumeur annonçait que certains joueurs, notamment anglais, pourraient s'affranchir de la tradition.

A la veille de la visite, le palais de Buckingham a publié un communiqué précisant que Sa Majesté ne serait pas choquée si un joueur décidait de se soustraire à ce protocole. Résultat : personne n'a fait défaut. Chacun y est allé de sa courbette ou de sa révérence. Une leçon royale de management : pour  obtenir ce que vous désirez, feignez l'indifférence !



* se courber ou ne pas se courber ?

 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Le cachet de la poste du 2 décembre

Le 1er décembre, ils sont à l'hôtel du Faisan à Chateauroux, et les voilà dans le pays de l'enfance de Fargue, plein du souvenir... de [son] père et des vacances. De Chaillac, Fargue adresse à sa mère un carte postale portant le cachet de la poste du 2 décembre ; à Argenton-sur-Creuse, [ ... ]
Le cadre habituel des réunions de l'Escadrille

Fin septembre il rencontra Paul Nothomb à l'hôtel Florida (aujourd'hui détruit) où Malraux séjournait habituellement lorsqu'il allait à Madrid. Cet hôtel était par ailleurs le cadre habituel des réunions de l'Escadrille. Charles-Louis Foulon, Janine Mossuz-Lavau, Michael [ ... ]
The unimportant Parthalonians with the mouldy Firbolgs and the Tuatha de Danaan googs

So anyhow after that to wind up that long to be chronicled get together day, the anniversary of his first holy communion, after that same barbecue beanfeast was all, over poor old hospitable King Roderick O'Conor, the paramount chief polemarch and last preelectric king of all Ireland, who was anything you say yourself between fiftyfour and fiftyfive year [ ... ]