Skip to content
Diagonales : Comment planquer son oseille
17-06-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Il paraît que les livres de la bibliothèque sont la meilleure cachette pour mettre à l'abri des voleurs ce qu'on a de précieux. Les cambrioleurs sont en effet comme les managers : ils vont à l'essentiel. Leur temps est précieux et ils ne s'attardent généralement pas plus de cinq minutes. Ils commencent, dit-on, par essayer de forcer le coffre-fort, puis se rabattent sur les tiroirs des secrétaires et des coiffeuses, les tableaux et les ordinateurs. La bibliothèque vient en dernier. Mais que va choisir le voleur dans les quelques secondes qui lui restent ?

Selon les spécialistes, son regard est habituellement attiré par les volumes dont les titres lui semblent familiers. Les compagnies d'assurance déconseillent ainsi formellement de cacher ses billets dans L'argent ou dans Le procès. En revanche, Crime et Châtiment est vivement recommandé.

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Révolutions

A la demande de son éditeur, Proudhon rédige en 1853-1854 un Manuel du Spéculateur à la Bourse. Une occasion de s'interroger sur les perspectives économiques de l'empire. La France de Napoléon III est en pleine mutation économique. S'avance-t-elle à marche forcée vers la prospérité ou risque-t-elle [ ... ]
Yellow danger

De la Ruée vers l'or au début de la Première Guerre mondiale, 400 000 Chinois et 200 000 Japonais s'établissent aux Etats-Unis. Ils représentent moins de 3% du nombre d'immigrés européens au cours de la même période (26 millions). Mais l'immigration asiatique inquiète. L'expression pér [ ... ]
Victor & Léonie

Le 5 juillet 1845, à l'aube, un commissaire de police surprend deux amants dans une chambre d'hôtel, passage Saint-Roch à Paris, à la demande du sieur François-Auguste Biard, peintre. Sa femme Léonie, née d'Aunet, 25 ans, est en compagnie de Victor Hugo, alors âgé de 43 ans. Au moment d'être arrêt&eacu [ ... ]