Skip to content
Diagonales : Casse-toi, pauvre c...
23-03-2009
Facebook!  Partager sur Twitter

Le quotidien Le Parisien s'est livré à une analyse de la syntaxe du président de la République. Pas celle de ses discours, rédigés à la perfection par les meilleures plumes, mais plutôt celle de ses interventions spontanées. L'enquête, au demeurant superficielle, confirme ce que chacun savait : le protecteur de l'Académie prend des libertés avec la langue française. Choix délibéré pour être compris de tous ou ignorance crasse des règles de grammaire ? On pourrait disserter longuement sur le sujet. Le plus intéressant dans l'affaire est que la question soit abordée par Le Parisien, plutôt que par Le Figaro ou par Le Monde. Le message est clair : au-delà du Parisien, c'est sans doute l'opinion publique populaire qui s'étonne des facilités que s'autorise avec la syntaxe l'hôte de l'Elysée.

Sauf à être Victor Hugo, s'affranchir des usages de la langue, c'est en effet proclamer que seul le résultat compte. Il y aurait ainsi une certaine cohérence entre la rhétorique et la pratique politique du premier magistrat de France. Mais ce que nous dit Le Parisien, c'est que, en matière de vocabulaire comme sur le plan institutionnel, la fin ne justifie peut-être pas les moyens.

 

jjsjpeg

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Le cachet de la poste du 2 décembre

Le 1er décembre, ils sont à l'hôtel du Faisan à Chateauroux, et les voilà dans le pays de l'enfance de Fargue, plein du souvenir... de [son] père et des vacances. De Chaillac, Fargue adresse à sa mère un carte postale portant le cachet de la poste du 2 décembre ; à Argenton-sur-Creuse, [ ... ]
Le cadre habituel des réunions de l'Escadrille

Fin septembre il rencontra Paul Nothomb à l'hôtel Florida (aujourd'hui détruit) où Malraux séjournait habituellement lorsqu'il allait à Madrid. Cet hôtel était par ailleurs le cadre habituel des réunions de l'Escadrille. Charles-Louis Foulon, Janine Mossuz-Lavau, Michael [ ... ]
The unimportant Parthalonians with the mouldy Firbolgs and the Tuatha de Danaan googs

So anyhow after that to wind up that long to be chronicled get together day, the anniversary of his first holy communion, after that same barbecue beanfeast was all, over poor old hospitable King Roderick O'Conor, the paramount chief polemarch and last preelectric king of all Ireland, who was anything you say yourself between fiftyfour and fiftyfive year [ ... ]