Skip to content
Déclinaison parlementaire
20-04-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

De 1871 à 1939, l'Assemblée nationale a compté une cinquantaine de groupes parlementaires. Leurs noms résultent pour la plupart d'une combinaison de quelques mots clés du vocabulaire politique : républicains, démocrates, socialiste, radical, libéral, populaire, gouvernement, progressiste, révolutionnaire, communiste, ouvrier, national, gauche, droite, etc.

En 1893, l'Union des Gauches devient le groupe des Républicains de gouvernement, également appelés Républicains progressistes ou Républicains opportunistes. Ils comptent dans leurs rangs Deschanel, Poincaré, Barthou... Après les législatives de 1898, en pleine affaire Dreyfus, les Républicains de gouvernement se scindent en Républicains de gauche, qui soutiennent le gouvernement de Défense républicaine de Waldeck-Rousseau, et Républicains opportunistes dits "maintenus" qui entrent dans l'opposition.

Après les Républicains constructifs, faut-il s'attendre à voir se déclarer des Républicains maintenus ?

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Du Temps au Monde

A la Libération, le quotidien Le Temps, fondé en 1861, est visé par l'ordonnance du 30 septembre 1944 sur les titres ayant paru sous l'Occupation. Son matériel et ses locaux sont transférés au Monde, dont le premier numéro est mis en vente le 19 décembre 1944. De son ancien, Le Monde conserve la typographie, notamment [ ... ]
Picasso

Fondée en 1829, l'Ecole centrale des arts et manufactures est fondée en 1829 par des entrepreneurs inspirés par le saint-simonisme. De 1829 à 1884, l'Ecole centrale est installée à Paris dans l'Hôtel de Juigné, anciennement Hôtel Salé. Le bâtiment accueille aujourd'hui le musée Picasso. [ ... ]
Visites

La carte de vœux traditionnelle, envoyée par la poste, résiste à la carte numérique. La carte de visite originelle – celle qu’on déposait pour signaler une visite – a en revanche disparu entre les deux guerres. Elle avait son code : coin supérieur corné à droite ou à gauche, pour dir [ ... ]