Skip to content
De l'Allemagne
20-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Dans le même article du Petit Parisien du 9 janvier 1928, on lit :

"Quant à l'instruction technique et professionnelle proprement dite, c'est à peine si quelques dizaines de milliers de jeunes gens ou d'enfants la reçoivent, en France, dans les écoles de l'Etat, y compris les écoles tout à fait spéciales et les écoles de commerce. Or en Allemagne, en Angleterre, aux Etats-Unis, depuis près d'un quart de siècle, on compte des centaines et des centaines de milliers d'élèves pour les seulesgnement industriel. En Belgique même, pays de quelques millions d'habitants, on trouve six fois plus d'élèves que chez nous dans les écoles professionnelles.

Une question grave entre toutes C'est une question grave entre toutes, et qui ne se pose pas seulement pour l'orientation et l'instruction du simple travailleur. Elle paraît aussi préoccupante pour les cadres et les agents de rayonnement de notre prospérité : contremaîtres, voyageurs, commerçants, ingénieurs même. L'Allemagne, avant la guerre, formait dix mille ingénieurs par an. Sait-on qu'aujourd'hui, bien que sa population et son territoire aient été réduits, elle forme, chaque année, près de vingt mille ingénieurs ?

Chez nous, on continue à croire et, parfois, à enseigner que l'enfant du peuple, pour s'élever, doit quitter la profession de son père. Rien n'est plus faux."

Que dirait-on aujourd'hui ?

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

Le carnaval des animaux

Chacals, hyènes puantes, vipères lubriques, requins, rats visqueux et autres loups : quelle inventivité pour décrire, à la grande époque, l'ennemi de classe. Ah que le mouton fait aujourd'hui pâle figure par rapport au chien bâtard ! Jean-Jacques Salomon jjsalomon@oomark [ ... ]
Premier de cordée

Des corniches de glace ourlaient le surplomb de la fissure, le verglas gluait sur les prises et le rocher semblait enduit de verre bleu. Sur vingt mètres, les difficultés s'amoncelaient à faire frissoner les plus courageux ; et de fait, les autres tremblèrent en observant Pierre qui calculait mentalement la façon dont il allait conti [ ... ]
Hagiologie

Lénine meurt le 21 janvier 1924. Son cerveau est placé dans un bain de formol avant d'être étudié par les chercheurs d'un institut spécialement créé à cet effet. Leurs conclusions sont catégoriques : le cerveau de Vladimir Ilitch présente les aspects caractéristiques du génie ! Il faud [ ... ]