Skip to content
De gros crapauds dans un baquet
09-05-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 

 
26 juin. — Loëche n'est pas triste. Non. C'est sauvage, mais très beau. Cette muraille de roches hautes de deux mille mètres, d'où glissent cent torrents pareils à des filets d'argent ; ce bruit éternel de l'eau qui roule ; ce village enseveli dans les Alpes d'où l'on voit, comme du fond d'un puits, le soleil lointain traverser le ciel ; le glacier voisin, tout blanc dans l'échancrure de la montagne, et ce vallon plein de ruisseaux, plein d'arbres, plein de fraîcheur et de vie, qui descend vers le Rhône et laisse voir à l'horizon les cimes neigeuses du Piémont : tout cela me séduit et m'enchante. [...]
 
27 juin. — Premier bain. On descend directement de la chambre dans les piscines, où vingt baigneurs trempent, déjà vêtus de longues robes de laine, hommes et femmes ensemble. Les uns mangent, les autres lisent, les autres causent. On pousse devant soi de petites tables flottantes. Parfois on joue au furet, ce qui n'est pas toujours convenable. Vus des galeries qui entourent le bain, nous avons l'air de gros crapauds dans un baquet. 
 
Maupassant, Aux eaux, 1883














jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La plupart des joyaux du patrimoine historique

Au printemps 1940, l’armée allemande entre à Rouen le dimanche 9 juin. Les habitants de Louviers rejoignent précipitamment sur les routes la pitoyable cohorte des fugitifs et dès le mardi soir la ville est pratiquement vide. Les débris du 236e régiment d’infanterie mènent des combats retard [ ... ]
Pas mon genre

Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre ! Du côté de chez Swann, 1913 [ ... ]
Au-devant des barricades

Le sergent de ville en France remplit les mêmes fonctions que le policeman à Londres. Sa charge exige qu'il veille au repos des citoyens, à la sécurité de la ville, et sous ce rapport on n'a rien à lui reprocher. Mais là s'arrête la ressemblance. Le bâton des policemen ne sert qu'à la défense des [ ... ]