Skip to content
Curtius, le Gaulois
03-12-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le 12 février 1928, Curtius, l'éditorialiste du Gaulois, s'inquiète de la montée des incertitudes, politiques et économiques. Il salue la multiplication des célébrations des centenaires de naissance ou cinquantenaires de décès des grands noms de la littérature française. De tels hommages, avance-t-il, régulent le tourbillon de l'époque.

En octobre de l'année suivante, l'incertitude se muera en crise. Et Le Gaulois cessera de paraître.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La politique des vacances

Les vacances des présidents de la République sont politiques – forcément politiques. En 1936, pendant le premier été du Front populaire, Albert Lebrun profite des siennes pour s’adresser pour appeler à l’union nationale. Jamais la France n'a eu plus besoin du concours de tous ses fils , déclare-t- [ ... ]
L'indulgence du général

Je me souviens du scandale des ‘Ballets roses’ dans lequel fut compromis le Président de la Chambre, André Le Troquer écrit Georges Perec. Grand résistant – il a défendu Léon Blum au procès de Riom –, Le Troquer (1884-1963) est au côté du général de Gaulle le 26 a [ ... ]
Plus et mieux

Parti le 24 novembre 1944 de Paris, le général de Gaulle arrive à Moscou le 2 décembre, après des haltes à en Egypte, en Iran, à Bakou et à Stalingrad. Sa délégation se compose, entre autres, de Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, de Gaston Palewski, directeur de cabinet de De Gaulle, du [ ... ]