Skip to content
Collectivisme
23-10-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

"Saccard, intéressé, le regardait avec une vague inquiétude, bien qu'il le prît pour un fou. − Mais enfin, expliquez-moi, qu'est-ce que c'est que votre collectivisme ? − Le collectivisme, c'est la transformation des capitaux privés, vivant des luttes de la concurrence, en un capital social unitaire, exploité par le travail de tous... Imaginez une société où les instruments de la production sont la propriété de tous, où tout le monde travaille selon son intelligence et sa vigueur, et où les produits de cette coopération sociale sont distribués à chacun, au prorata de son effort. Rien n'est plus simple, n'est-ce pas ? Une production commune dans les usines, les chantiers, les ateliers de la nation ; puis un échange, un payement en nature." Zola, L'Argent, 1891.

A la fin du XIXe siècle, alors que le mot commence à peine sa carrière, les partisans du collectivisme passent, aux yeux des hommes d'entreprise, au mieux pour des romantiques, au pire pour des fous. Le terme se fait rare aujourd'hui, mais sa proximité supposée avec la folie demeure dans le monde des affaires.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La longur du chemin me sambloit ennuïeuse

TIERS, six lieues ; petite Ville sur la riviere d’Allier fort marchande, bien bâtie peuplée. Ils font principalemant trafiq de papier, sont renomés d’ouvrages de couteaus cartes à jouer. Elle est également distante de Lyon, de St Flour, de Moulins du Puy. Plus je m’approchois de ch [ ... ]
L’aspect le plus bizarre

La façade de toutes ces maisons est tournée vers le fleuve, car la Tamise est la grande rue de Londres, la veine artérielle d’où partent les rameaux qui vont porter la vie et la circulation dans le corps de la ville. Aussi quel luxe d’écriteaux et d’enseignes ! Des lettres de toutes couleurs et de toutes [ ... ]
Ce soufflet au simple bon sens

Si j’ai fini par choisir cette basilique du Sacré-Cœur, c’est qu’elle était sous ma main, facile à détruire. Mais c’est aussi qu’elle m’importune et m’exaspère, c’est que je l’ai depuis longtemps condamnée… Je te l’ai souvent dit, on n’imagi [ ... ]