Skip to content
La chaussure : une cause nationale
13-12-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Les produits de première nécessité ne se limitent pas au logement, à l'eau, au chauffage et à l'alimentation. Dans l'opinion publique, les vêtements, les chaussures et les lunettes sont également de ceux auxquels chacun, quelle que soit sa condition, devrait  avoir accès. Aussi les pouvoirs publics sont-ils tentés d'en administrer les prix.

Il en va ainsi des chaussures à la fin de la Première Guerre mondiale. Leur prix a tellement augmenté qu'elles deviennent inaccessibles aux classes populaires. On soupçonne les marchands de gonfler leurs marges de façon injustifiée. Ceux-ci mettent l'augmentation sur le compte de l’envolée cours du cuir et prétendent ne conserver qu'une marge de 33%.

Les préfets s'en mêlent. Mais comment fixer administrativement le prix des chaussures ? Une solution s'esquisse : demander aux marchands de chaussures de proposer un modèle de base – on dirait aujourd'hui low cost – à la portée de à tous les budgets. Cette chaussure low cost reçoit le nom de « chaussure nationale ». Etienne Clémentel, ministre de l'Industrie, du Commerce et des PTT, la définit comme suit : « Une chaussure simple de forme, solide et bon marché pour les classes dites besogneuses ».

Un siècle plus tard, l'idée revient pour les lunettes.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

La clope au bec

Du temps où ce n’était pas politiquement incorrect, les hommes publics se laissaient photographier cigarette à la bouche. Curieusement, lorsque les chefs de gouvernement s’accordent cette récréation, ils sont souvent seuls à se l’autoriser. Autour d’eux, du moins sur les photos de presse, les fumeurs semblent [ ... ]
Vers Le Deuxième Sexe

La fresque romanesque de Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, commence en 1908. Dès les premières pages, il y est question de corset. Va-t-on vers son allègement, sa suppression ? En 1911, l'avenir de la jupe-culotte, récemment apparue, fait à son tour débat. Pour Madeleine Pelletier (1874-1939), première femme [ ... ]
Trop d'étudiants ?

Fin 1934, la Grande Crise, qui avait un temps épargné la France, finit par l'affecter dramatiquement. Le taux de chômage approche 5% de la population active. Comme seuls les chômeurs secourus sont comptabilisés, il est en réalité plus élevé. Les diplômés de l'enseignement supérieur sont touch&e [ ... ]