Skip to content
C'était la fin
20-06-2021
Facebook!  Partager sur Twitter


Je suis allé, dit-il, à la réunion qui s'est tenue vers le 20 août à la piscine de Roubaix. J'ai exprimé ma conviction qu'une attaque de la prison était possible. Les gardiens allemands étaient démoralisés. Ils sentaient que c'était la fin et songeaient surtout à sauver leur vie.
 
Jacques Estager, Ami, entends-tu... : La Résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais, Messidor-Editions sociales, 1986






jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Une rue aux bâtisses misérables

Il neigeote. Nous prenons un fiacre, et nous allons porter nos livraisons de l’Art du dix-huitième siècle à Théophile Gautier, 32, rue de Longchamps (sic), à Neuilly. C’est dans une rue aux bâtisses misérables et rustiques, aux cours emplies de volailles, aux fruiteries, dont la porte est garnie de peti [ ... ]
Dégueulasse

Michel Poiccard (Belmondo) : C'est vraiment dégueulasse. Patricia Franchini (Seberg) : Qu'est ce qu'il a dit ? Inspecteur Vital (Boulanger) : Il a dit que vous êtes vraiment une dégueulasse . Patricia Franchini : Qu'est ce que c'est dégueulasse ? Jean-Luc Godard, A bout de souffle [ ... ]
Attitude inadmissible et intolérable

[...] Au long de l'année 1967, les critiques n'ont pas été ménagées à Valéry Giscard d'Estaing. Le général de Gaulle lui-même donne le ton en proclamant en conseil des ministres, dès le 11 janvier 1967 : « On ne gouverne pas avec des mais... ». [...] Aprè [ ... ]