Skip to content
C'est un éléphant blanc
26-01-2020
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"Avec son toit et dans son ombre on voit tourner
pendant un court instant le troupeau de chevaux
bariolés, qui tous sont issus du pays
qui hésite longtemps avant que de descendre.
Certains d'entre eux sont attelés à des voitures,
mais ils affichent tous une allure martiale;
un lion rouge et méchant accompagne leur course,
et puis, de temps en temps, c'est un éléphant blanc.
Il y a même un cerf, comme dans la forêt,
sauf qu'il porte une selle et que sur cette selle
une boucle maintient une fillette bleue.
Le lion est chevauché par un gamin tout blanc;
de sa petite main brûlante il se tient ferme,
cependant que, le lion montre ses crocs, sa langue.
Et puis de temps en temps c'est un éléphant blanc.
Montés sur les chevaux ils passent et repassent;
aussi des filles, claires, trop vieilles déjà
pour ce jeu bondissant; tout en caracolant,
elles lèvent leurs yeux, ailleurs et nulle part –.
Et puis de temps en temps c'est un éléphant blanc.
Et tout cela se presse en hâte, vers sa fin
et ne fait que tourner et virer sans un but.
Un rouge, un vert, un gris défilent tour à tour,
et un petit profil qui à peine s'ébauche –.
Et parfois, se tournant vers nous, un beau sourire
éblouissant, heureux et tout abandonné
à ce jeu qui s'essouffle en son aveuglement."

 
Rainer Maria Rilke, Das Karussell (Le carrousel) Jardin du Luxembourg , 1906, traduction Dominique Iehl








jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un lunch arrosé de Deidesheimer

Pendant que Blomberg parlait, Goebbels faisait travailler ses projecteurs et ses appareils de cinématographie. Dirigés d'abord vers la scène, on les tourna ensuite vers la loge où Hitler était assis. Le défilé habituel suivit le service , mais j'en avais vu assez et j'avais faim. Je me rendis dans l'exc [ ... ]
Obligé par la fashion

— Et ce petit homme, au ventre arrondi, au sourire malicieux, qui veut avoir l’air grave ? C’est un homme d’esprit* qui écrit sur les arts d’imagination, c’est le consul de Civita-Vecchia, qui s’est cru obligé par la fashion de quitter son poste sur la Méditerranée, pour venir se balancer [ ... ]
De leur allure continue et paresseuse

Au milieu du grand silence, et dans le désert de l'avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rhythmés (sic) de leurs roues, dont les échos baltaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes. Un tombereau de choux et un tombereau de pois, au po [ ... ]