Skip to content
C'est déjà quelque chose
04-03-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 


"Pourtant, l'année 1932 a eu ses bons côtés. Elle a débarrassé l'Allemagne de Hitler, l'Amérique de Hoover, la France des gouvernements de M. Tardieu et de M. Laval. M. Herriot n'est point allé à Washington : il n'est donc pas exclu qu'en fin de compte la question des dettes s'arrange. On ne parle plus de la prospérité : il n'est donc exclu qu'un jour elle reparaisse. On ne parle plus des droits sacrés de la France : il est donc possible qu'on en sauvegarde certains. La conférence du désarmement n'a pas encore donné de résultats positifs : elle n'a pas, non plus, échoué. Elle finira sans doute par donner moins qu'on n'espérait ,mais plus qu'on ne croyait. La crise économique continue : mais elle ne s'est pas sensiblement aggravée. La livre sterling n'est pas tombée si bas que prophétisaient les noirs augures de la finance, le dollar ne s'est pas effondré dans un tonnerre d'Apocalypse. Et, en France, le nombre des chômeurs diminue, sur les statistiques du moins, c'est déjà quelque chose. [...] Vive donc 1932 ! Et vienne 1933 !"

Emmanuel Berl, Marianne, 28 décembre 1932
 
 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un lunch arrosé de Deidesheimer

Pendant que Blomberg parlait, Goebbels faisait travailler ses projecteurs et ses appareils de cinématographie. Dirigés d'abord vers la scène, on les tourna ensuite vers la loge où Hitler était assis. Le défilé habituel suivit le service , mais j'en avais vu assez et j'avais faim. Je me rendis dans l'exc [ ... ]
Obligé par la fashion

— Et ce petit homme, au ventre arrondi, au sourire malicieux, qui veut avoir l’air grave ? C’est un homme d’esprit* qui écrit sur les arts d’imagination, c’est le consul de Civita-Vecchia, qui s’est cru obligé par la fashion de quitter son poste sur la Méditerranée, pour venir se balancer [ ... ]
De leur allure continue et paresseuse

Au milieu du grand silence, et dans le désert de l'avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rhythmés (sic) de leurs roues, dont les échos baltaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes. Un tombereau de choux et un tombereau de pois, au po [ ... ]