Skip to content
Bien au-delà
28-11-2021
Facebook!  Partager sur Twitter
 

 
Il s’agissait d’atteindre les installations ferroviaires majeures, des gares de triage essentiellement, pour surcharger le réseau ferroviaire empêchant la circulation des troupes allemandes vers le nord ouest. La gare de Saint-Etienne était réputée un objectif stratégique pour paralyser le transport des troupes mais aussi des armes produites à la manufacture. Ce 26 mai, à 6 h du matin, 120 à 180 bombardiers B 17, les forteresses volantes de l’armée américaine, décollent de la base de Foggia dans le sud de l’Italie pour un voyage de 1 253 km en direction de Saint-Etienne où à 10 h 17 les premières bombes tombent de 6 000 m d’altitude, altitude observée par les Américains pour échapper aux tirs de DCA. On estime à 1 500 le nombre des bombes tombées sur la ville et les alentours, 982 impacts de bombes dénombrées sur la ville elle-même. La gare de triage est détruite mais les dommages s’étendent bien au-delà. Plusieurs quartiers sont sérieusement atteints : Monthieu, le Jardin des plantes, le Soleil , Bel Air, l’Eparre, le Bardot, et le quartier Saint-François, où l’église est partiellement détruite faisant 25 à 30 victimes réfugiées dans la crypte. Huit enseignants et 28 enfants meurent dans l’école de Tardy, l’un des 580 bâtiments partiellement ou entièrement détruits. Le bilan final fait état de 1 187 morts dont 110 enfants. 

 
L'Essor - Loire, 17 mai 2014






 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La plupart des joyaux du patrimoine historique

Au printemps 1940, l’armée allemande entre à Rouen le dimanche 9 juin. Les habitants de Louviers rejoignent précipitamment sur les routes la pitoyable cohorte des fugitifs et dès le mardi soir la ville est pratiquement vide. Les débris du 236e régiment d’infanterie mènent des combats retard [ ... ]
Pas mon genre

Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre ! Du côté de chez Swann, 1913 [ ... ]
Au-devant des barricades

Le sergent de ville en France remplit les mêmes fonctions que le policeman à Londres. Sa charge exige qu'il veille au repos des citoyens, à la sécurité de la ville, et sous ce rapport on n'a rien à lui reprocher. Mais là s'arrête la ressemblance. Le bâton des policemen ne sert qu'à la défense des [ ... ]