Skip to content
BCB Papers
12-11-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Au début des années 1930, pour échapper à la taxe de 20% sur les dividendes et aux droits de succession, des familles fortunées françaises adhèrent à un dispositif frauduleux mis en place France par la Banque commerciale de Bâle (BCB). Cet établissement dispose d’une agence (non déclarée officiellement) à Paris. Par un dispositif de compensation entre comptes suisses et français, elle peut, dans la capitale, délivrer en numéraire à ses clients français le montant des dividendes de leurs titres conservés à Bâle.

Le 27 octobre 1932, sur demande du ministère des Finances, le parquet diligente une perquisition dans les locaux parisiens de la BCB. Une liste d’un millier de clients fraudeurs est saisie. On y trouve des familles patriciennes parmi les plus célèbres. Le 23 novembre, le gouvernement Herriot rend cette liste publique. La presse de droite mentionne à peine son existence, celle de gauche l’affiche largement. A droite, on justifie la fraude par les excès de la fiscalité, à gauche on s’insurge contre l’absence de civisme des mis en cause. Déjà la question de l'opportunité la publication des noms se pose.

Le gouvernement Herriot tombera le 14 décembre. L’affaire sera, pour l’essentiel, enterrée.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La longur du chemin me sambloit ennuïeuse

TIERS, six lieues ; petite Ville sur la riviere d’Allier fort marchande, bien bâtie peuplée. Ils font principalemant trafiq de papier, sont renomés d’ouvrages de couteaus cartes à jouer. Elle est également distante de Lyon, de St Flour, de Moulins du Puy. Plus je m’approchois de ch [ ... ]
L’aspect le plus bizarre

La façade de toutes ces maisons est tournée vers le fleuve, car la Tamise est la grande rue de Londres, la veine artérielle d’où partent les rameaux qui vont porter la vie et la circulation dans le corps de la ville. Aussi quel luxe d’écriteaux et d’enseignes ! Des lettres de toutes couleurs et de toutes [ ... ]
Ce soufflet au simple bon sens

Si j’ai fini par choisir cette basilique du Sacré-Cœur, c’est qu’elle était sous ma main, facile à détruire. Mais c’est aussi qu’elle m’importune et m’exaspère, c’est que je l’ai depuis longtemps condamnée… Je te l’ai souvent dit, on n’imagi [ ... ]