Skip to content
BCB Papers
12-11-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Au début des années 1930, pour échapper à la taxe de 20% sur les dividendes et aux droits de succession, des familles fortunées françaises adhèrent à un dispositif frauduleux mis en place France par la Banque commerciale de Bâle (BCB). Cet établissement dispose d’une agence (non déclarée officiellement) à Paris. Par un dispositif de compensation entre comptes suisses et français, elle peut, dans la capitale, délivrer en numéraire à ses clients français le montant des dividendes de leurs titres conservés à Bâle.

Le 27 octobre 1932, sur demande du ministère des Finances, le parquet diligente une perquisition dans les locaux parisiens de la BCB. Une liste d’un millier de clients fraudeurs est saisie. On y trouve des familles patriciennes parmi les plus célèbres. Le 23 novembre, le gouvernement Herriot rend cette liste publique. La presse de droite mentionne à peine son existence, celle de gauche l’affiche largement. A droite, on justifie la fraude par les excès de la fiscalité, à gauche on s’insurge contre l’absence de civisme des mis en cause. Déjà la question de l'opportunité la publication des noms se pose.

Le gouvernement Herriot tombera le 14 décembre. L’affaire sera, pour l’essentiel, enterrée.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

La solitude du chef

Au début de l'année 1865, l'entourage de Napoléon III comporte deux clans : l'un, plutôt libéral, autour de Morny, le demi-frère de l'empereur ; l'autre derrière l'impératrice, conservateur et partisan d'un retour à l'empire autoritaire. La politique étrangère du gouvernement ne fait pas conse [ ... ]
Les chiffres

De tout temps, la souscription a été le mode de financement des dictionnaires. Au siècle des Lumières, l'Encyclopédie compte 4000 souscripteurs. Un siècle après, le Larousse en réunit 8000. Un siècle encore plus tard, le Robert en mobilisera 10 000. Jean-Jacques Salomon jjsa [ ... ]
Travailler du chapeau

Sous le Second Empire, les ouvriers des chapelleries traitaient le feutre au mercure. Beaucoup, victimes d’intoxication, étaient atteints de troubles psychologiques, d'où l'expression travailler du chapeau qui signifie : ne plus avoir toute sa tête. Comme hier, les chapeliers cherchent aujourd’hui des financemen [ ... ]