Skip to content
Apache
17-03-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
ÉTYMOL. ET HIST. I.− Subst. 1902 adaptation de l'ethnique par des journalistes parisiens ds Le Matin et Le Journal pour désigner « la pègre des boulevards extérieurs » d'apr. Dauzat ds Fr. mod., t. 6, p. 24 qui explique : Victor Morris, chef des informations du Matin s'attribua la paternité du mot, que j'ai entendu revendiquer pour Arthur Dupin, chef des informations du Journal [...]; 1902 « id. » attesté dans un texte angl. : Westm. Gaz., 22 oct. 8/I ds NED Suppl. : The leader of the band of roughs in Paris, known as the, Apaches``; 1905 (Villot, Les Plaies sociales. Comment on nous tue. Comment on nous vole, pp. 309-320 d'apr. Sain. Lang. par. 1920, p. 211 : les Apaches [cf. 1897 emploi du terme ethnique dans un tour et un cont. arg. : A. Bruant, Route, p. 114, ibid., p. 210 : Et des loucherbèmes en sauvages Qui vont guincher le soir en pince-cul Avec des gonzesses en Apaches]). II.− Adj. 1905, Rosny aîné, Les Rafales [sous-titre] Mœurs apaches, ibid. p. 211. Empr. à l'anglo-amér. Apache (Mack. t. 1, p. 254; Cor.; FEW t. 20, p. 56) nom de la tribu indienne appartenant à la famille des Athapaska; entrés en relation avec les blancs après la conquête du Texas et du Nouveau Mexique, les Apaches, réputés pour leur férocité, furent connus en France grâce aux romans de Gabriel Ferry, Coureur des bois, 1853 et de Gustave Aimard, Les Peaux-Rouges de Paris, 1888 (d'apr. Bl.-W.5). L'anglo-amér. Apache est attesté comme terme ethnique dep. 1745 (H. Moll's Atlas Minor Plate, 46 ds DAE) et viendrait d'un esp. mexicain d'orig. incertaine (DAE); cf. 1909, Times, 9 févr. 4/4 ds NED Suppl. : Those « apaches » with which Brussels is haunted. (in CNRTL, CNRS)


                         
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Vieillard laborieux

L'aurore grelottante en robe rose et verte S'avançait lentement sur la Seine déserte, Et le sombre Paris, en se frottant les yeux, Empoignait ses outils, vieillard laborieux. Charles Baudelaire, Le crépuscule du matin, Tableaux parisiens, Les Fleurs du Mal [ ... ]
Ô toi que j’eusse aimée

La rue assourdissante autour de moi hurlait. Un éclair… puis la nuit! – Fugitive beauté Dont le regard m’a fait soudainement renaître, Ne te verrai-je plus que dans l’éternité? Ailleurs, bien loin d’ici! trop tard! jamais peut-être! Car j’ignore où [ ... ]
Nous sommes muets

Dans un discours sur les principes de la morale prononcé à la distribution des prix du Concours général, le 4 août 1890, M. Darlu, mis hors de pair par son enseignement au lycée Condorcet, concluait ainsi : Je retiens bien longtemps votre pensée, jeunes gens, sur un sujet bien austère pour [ ... ]