Skip to content
Annus horribilis
18-09-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Avec la loi sur les associations, l'année 1901 est un millésime faste pour les libertés publiques. Pour l'Académie française, c'est une année qu'elle qualifie de "terrible", sans qu'on soit sûr qu'il faille prendre ce qualificatif au second degré. Terrible parce qu'un arrêté du ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts du 21 février énonce que désormais « on tolérera le présent du subjonctif au lieu de l’imparfait dans les propositions subordonnées dépendant des propositions dont le verbe est au conditionnel présent : Il faudrait qu’il vienne ou qu’il vînt. » 

 
En 1923, à l'occasion de l'inauguration du lycée Pasteur de Neuilly, Léon Bérard, ministre de l'Instruction publique et promoteur de la filière "moderne" sans latin dans l'enseignement secondaire, omet le subjonctif imparfait dans son discours. Le Temps, grand quotidien conservateur, s'en émeut, bien que le ministre ne soit pas en défaut par rapport à l'arrêté de 1901. Près d'un siècle plus tard, le sénateur Sueur, ancien professeur de linguistique, semble tout aussi remué. 


                   
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Cousin

Faut-il enseigner la philosophie au lycée ? Le débat ne date pas d'hier. La question est posée dès la Monarchie de Juillet. La Chambre des pairs y est hostile, à l'instar des juges de Socrate, parce qu'elle corromprait la jeunesse. Les Pairs souhaitent la réserver à l'Université. Victor Cousin (1792-1867), brièv [ ... ]
Circulation

S'en prendre à la maire de Paris est devenu un sport de combat dans les déjeuners d'affaires et les dîners en ville. La fermeture des voies sur berges lui avait valu une première salve de noms d'oiseau. L'augmentation du tarif du stationnement et des contraventions provoque aujourd'hui un déferlement d'insultes qu'on s'étonne parfois [ ... ]
Le Jaune et le Blanc

A la suite d'une directive européenne de 1991, les véhicules neufs vendus en France doivent être équipés de phares en lumière blanche, les phares jaunes demeurant cependant autorisés. La justification de ce changement est d'ordre physiologique : selon des études scientifiques, on verrait mieux la nuit en lumière [ ... ]