Skip to content
Allégories
09-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Les caricatures de Daumier ont contribué à la chute de Louis-Philippe et fait de l'artiste l'un des symboles du combat républicain sous la monarchie de Juillet. A la mi-mars 1848, trois semaines après la révolution, le gouvernement souhaite que le nouveau régime soit incarné par une figure allégorique. Un concours est lancé en vue de la réalisation d'une "figure peinte de la République". On procède à une présélection des candidats sur esquisse. Daumier, qui s'est mis sur les rangs, est "short-listé". Mais, mal placé, il renonce à participer à l'épreuve finale. Son travail, La République nourrit ses enfants et les instruit, demeure au stade d'esquisse, évitant à son auteur le qualificatif d'artiste officiel.

Conservant ainsi sa pleine liberté, Daumier peut rester attentif à l'évolution du paysage politique et moquer les Républicains de la vingt-cinquième heure.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

Collectivisme

Saccard, intéressé, le regardait avec une vague inquiétude, bien qu'il le prît pour un fou. − Mais enfin, expliquez-moi, qu'est-ce que c'est que votre collectivisme ? − Le collectivisme, c'est la transformation des capitaux privés, vivant des luttes de la concurrence, en un capital social unitaire, exploité par le t [ ... ]
La cause grecque

Les peuples, comme les hommes, se mesurent à leurs rêves. La France n’est devenue la France que grâce à un certain pouvoir qu’elle eut quelquefois de rêver non pour elle seulement, mais pour tous les hommes […] , écrit Jean Guéhenno au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La France dans [ ... ]
Mondanités

Ce que je reproche aux journaux, c’est de nous faire faire attention tous les jours à des choses insignifiantes tandis que nous lisons trois ou quatre fois dans notre vie les livres où il y a des choses essentielles , écrit Proust – au demeurant grand amateur du Carnet Mondain du Figaro. Que dirait-il aujourd’hui des [ ... ]